La vie en couple

Quand on demande aux personnes vivant seule ce qu’elles pensent de la vie de couple, dans leurs réponses on se retrouve à la Samaritaine :  on trouve de tout et pour cause, chaque personne est unique et sa vision des choses peut s’approcher de celle d’autres mais il y aura toujours la petite différence qui sera caractéristique d’une personne donnée.

Donc voici les quatre questions que j’ai posée invariablement à des personnes hétéro ou LGBT.

  1. Ta conception d’un couple c’est quoi ?
  2. Qu’est-ce que tu attends de la vie de couple?
  3. Qu’est-ce que tu ne veux pas ?
  4. Pour toi, quelles sont les raisons qui te poussent à te mettre en couple?

Jetés comme ça pêlemêle, voici les réponses les plus exprimées :

  • Faire des choses à deux même les choses les plus simples
  • Avoir des projets communs
  • Une complicité de tous les instants
  • Deux personnes qui s’aiment et ayant les mêmes valeurs dans le couple
  • Savoir évoluer dans le temps en même temps.
  • Être protégé et protéger
  • Être en osmose
  • Avoir une vie équilibrée
  • Fonder un foyer
  • Faire en sorte que notre couple fonctionne
  • Que ma moitié soit mon ami, mon amant, mon confident
  • Aimer et se sentir aimé
  • Me sentir en sécurité
  • Rire avec lui de tout et n’importe quoi
  • Trouver du soutien dans des sales moments, et inversement
  • Accompagner l’autre dans son cheminement, l’aider à accomplir ses projets,
  • J’attends d’être écouté, mais je dois écouter aussi mon partenaire,
  • Être soutenue et le soutenir
  • Le voir s’épanouir, lui donner les moyens de son épanouissement
  • le rendre heureux d’un rien
  • Veiller sur l’autre.
  • Se donner mutuellement l’exclusivité ce qui n’a rien à voir avec la possessivité
  • Être là pour les bons moments mais aussi dans les moments difficiles
  • C’est avoir des problèmes à 2 que tu n’aurais jamais eu tous seul
  • Parler et échanger sur choses de la vie,
  • Dialoguer tout en respectant les différences de point de vue de l’autre
  • Partage de façon naturelle et positive sans obligations
  • Donner et recevoir de la tendresse
  • Avoir ou faire du sexe en parfaite osmose
  • Qu’il soit attentif et attentionné comme je lui serai tout aussi attentif et attentionné.
  • Ne se voir que pour les meilleurs moments, profiter
  • Être avec la bonne personne pour passer sa vie
  • Être en phase sur tout (quotidien et sexe) sinon ça ne marche pas
  • Alors confiance en tout lieu en tout point. Ne pas se poser de questions toxiques. Se dire que l’autre t’aime et si par hasard il dérape se convaincre du peu d’importance de la chose.
  • Se baser sur ce pourquoi on est ensemble. Par exemple des valeurs morales communes ce qui est primordial.

Ce que tu ne veux plus …

  • Je ne veux plus être fliqué, surveillé
  • Ne pas être dominé ni dominer l’autre, être sur le même niveau d’égalité pour tout ce qui construit le couple
  • Se faire humilier et rabaisser car notre moitié n’a pas confiance en elle
  • Être un trio et non un duo
  • Subir ses problèmes personnels (alcool, drogue, ..) je suis là pour l’aider à s’en sortir pas pour subir ses sautes d’humeur ou sa violence.
  • Ne pas être gênée quand on fait des sorties (famille ou amis)
  • Se sentir seul(e)
  • Me sentir oppressée ou harcelée moralement
  • Qu’il pète un plomb pour rien
  • Être en couple cela induit une exclusivité. Je suis sa priorité et il ou elle est ma priorité
  • Me sentir agresser
  • je ne plus être enfermé dans une vie que je veux pas où je ne me sens pas bien. Dans une vie qu’il a choisie pour nous deux mais qui ne me convient pas
  • Je ne veux pas revivre la même expérience qu’avec mon ex :  être malheureux avec lui et lui qui ne le voit pas ou fait comme si et résister en espérant que sa s’arrange
  • Faire à bouffer et ce n’est jamais bon, lui faire ses lessives et son repassage et ce n’est jamais assez bien pour lui. 
  • Ne plus être libre de voir mes amis, de sortir sans avoir une scène…
  • Ne pas avoir de jardin secret. Ne pas le voir fouiller et me fliquer, en trouvant et utilisant tous mes mots de passe
  • Avoir un mec qui rentre souvent tard de réunion et apprendre par des langues de pu** sur le net qu’il s’est fait baiser sur des parkings par des routiers.
  • Plus jamais ça : quand tu rentres ça te fait la gueule, quand tu pars au boulot ça t’engueule. je veux plus d’un colérique.
  • Le voir sur son ordinateur toute la journée car il joue toute la journée sur son pc aux jeux vidéos et me laisser tout le boulot à la maison.
  • Être esclave d’un type qui est jaloux comme tout
  • je veux plus vivre avec un menteur et un hypocrite.

Un mot revient souvent pour ne pas dire toujours « Respect ». Il partage la même marche du podium avec le mot « partage ». Ces mots sont présents dans toutes les réponses.  Mais (oui purée y a un « mais »), en ce qui concerne le partage, ce dernier est à géométrie variable. Mais quel que soit le modèle retenu par les membres du couple, aucun effort ne doit être fait pour parvenir à construire le modèle choisi puisque c’est exactement ce que veulent chacun des deux partenaires. 

Définitions du couple :

  • Personnes unies par le mariage, liées par un pacs ou vivant en concubinage : Un couple uni.
  • Couple au sens de vie en couple, lors du recensement de la population : « Une personne vit en couple si, âgée de 14 ans ou plus, elle répond oui à la question « vivez-vous en couple ? ». Cette question, introduite dans le bulletin de recensement depuis 2004, n’impose aucune condition concernant l’état matrimonial légal ou le conjoint (celui-ci peut vivre ou non dans le même logement, être ou non de sexe différent…). »
  • Couple, au sens des enquêtes auprès des ménages : Un couple est composé de deux personnes de 15 ans ou plus, habitant le même logement et déclarant actuellement être en couple, quel que soit leur état matrimonial légal (qu’ils soient donc mariés ou non).
  • Couple au sein d’un ménage (recensement de la population) : « le couple au sein d’un ménage correspond à un ensemble formés de deux personnes de 18 ans ou plus sauf exception, qui partagent la même résidence principale et qui répondent à au moins l’un des critères suivants : ils déclarent tous les deux vivre en couple ou être mariés, pacsés ou en union libre. Les couples ainsi constitués à partir des réponses au questionnaire du recensement sont des couples de fait. Cette définition est utilisée dans certaines exploitations statistiques du recensement pour étudier la composition des familles au sein d’un logement, et notamment des familles avec enfant(s) ».

La monogamie

du grec monos, un seul, et gamos, mariage, est chez les humains un régime juridique n’autorisant à un homme de n’épouser par mariage qu’une seule femme et pour une femme qu’un seul homme. Par opposition, on parle de polygamie.

La polygamie ou polyamour 

La polygamie ou polyamour (de l’anglais polyamory), ou pluriamour, est une orientation et une éthique des relations amoureuses où les partenaires sont en relation amoureuse avec plus d’une personne, avec le consentement éclairé de toutes les personnes concernées. Ces relations sont souvent confondues avec l’adultère, l’infidélité, la polygamie ou le libertinage. Ces relations sont basées sur la liberté sentimentale et sexuelle, l’égalité et l’honnêteté entre partenaires, le respect des choix individuels et de l’autonomie de chacun, le consentement mutuel.

Le terme « polyamoureux / polyamoureuse » (ou « poly ») désigne les personnes adhérant à cette éthique — qu’elles soient ou non présentement engagées avec plusieurs partenaires — ainsi que les relations et les couples basés sur ces principes. Ces « relations polyamoureuses » peuvent prendre des formes très diverses, le polyamour prônant la négociation par les partenaires des modalités de la relation.

Classer les schémas amoureux ?

Nous allons les classer par niveaux de catégories sur une échelle qui en comptera 5

Niveau 1

Chacun chez soi, pas de vie commune, juste une relation régulière et suivie pour du sexe, uniquement du sexe et peut-être un verre de temps en temps dans un bar de la ville, ou une sortie au ciné éventuellement. Aucun compte à rendre. Liberté totale. Hors de question de laisser la clé de son appart au partenaire … A ce niveau là on ne sait si on peut parler de sex-friends ou de couple …

Niveau 2

Chacun chez soi, pas de vie commune, juste une relation régulière et suivie pour du sexe avec quelques options supplémentaires, celle de passer quelques soirées (et nuits) l’un chez l’autre quand ça nous chante, de passer les week-ends ou les vacances ensemble. Chacun garde ses habitudes et son style de vie. Tout est et restera cloisonné : L’un ou l’autre est libre d’aller et venir où bon lui semble, de voir qui il veut (membre de la famille, simples amis, ou plan cul) et rien ne l’oblige à partager avec l’autre son tissu social. Mais pas de compte à rendre sur le ou les jardin(s) secret(s). Il est toutefois possible de laisser la clé de son appart au partenaire …

Niveau 3

Là on peut dire que le schéma est identique au niveau deux et, pour ne pas être seul, on y ajoute la vie commune en supplément.  Le niveau 3 se différencie du niveau 2 par le fait qu’on habite ensemble, on vit ensemble, on dort ensemble toutes les nuits. Cependant, comme pour le niveau 2, il ne doit être imposée aucune contrainte.  Chacun garde ses habitudes et son style de vie. Tout est et restera cloisonné : L’un ou l’autre est libre d’aller et venir où bon lui semble, de voir qui il veut (membre de la famille, simples amis, ou plan cul) et rien ne l’oblige à partager avec l’autre son tissu social. Être entièrement libre de tout sans aucun compte à rendre. Chacun fait fait c’qu’il lui plaît, plaît… 

Niveau 4

OK pour la vie commune et on est dans le partage total au sein duquel il n’existe plus aucun cloisonnement familial (l’un et l’autre rencontre tous les membres de la famille du partenaire), il connait tous ses amis et même tout ou partie des collègues de boulot. Un compte courant commun est ouvert.  On peut même investir dans de gros projets (envisager le mariage ou plus simplement un PaCS, l’achat d’une maison,  etc…).Côté sexe, même si c’est pas trop encouragé, on peut se permettre l’un et l’autre (à la condition expresse qu’aucun des deux ne soit jaloux) quelques escapades de temps à autres tant que ça reste occasionnel. Tout doit être dit au partenaire et à chaque instant il conserve son droit de veto !  Des règles sont mises en œuvre et chacun se doit de les respecter sans les transgresser. Dans le cas contraire les choses se passeront mal, ce serait pris comme une trahison.

Niveau 5

Exclusivité sinon rien, y compris TOUT partager, le bon et le mauvais sans restriction soit,  partager à deux des problèmes qu’on aurait jamais eu seul. On essaie de passer le maximum de temps ensemble. On partage tout avec l’autre et la réciproque est vraie aussi. Aucun effort ne doit être fait pour y arriver puisque c’est exactement ce que veulent chacun des deux partenaires. Aucun écart sexuel, aucune infidélité ne sera tolérée. Si c’est le cas, ses valises sont prêtes dans la demie heure qui suit !

Destination Couple-Land

Nous sommes d’accords ? Quel que soit le modèle retenu par les membres du couple, aucun effort ne doit être fait pour  parvenir à construire sur le modèle choisi puisque c’est exactement ce que veulent chacun des deux partenaires.  Le modèle devra convenir aux deux partenaires. S’il ne convient qu’à l’un deux alors le couple part dans le mur et le tout est voué à l’échec. Imaginons, une situation donnée qui ne colle pas avec les aspirations de chacun :

  • Disons que « A » n’aime pas courir le gueux. « A » aime avoir une vie simple auprès de « B » et le reste ne l’intéresse absolument pas !
  • En revanche, « B » aime avoir un amant en supplément de « A », quand ce n’est pas plusieurs. Cela induit que « B » devra s’absenter durant les week-end pour aller auprès de « C » (qui, soit dit en passant, se classera dans la catégorie de niveau 1
  • « B » n’est finalement jamais seul. Ce dernier vit auprès de « A » toute la semaine et part tous les week-end retrouver « C » son amant  avec lequel il partagera d’autres choses telles que les repas entre amis les soirées conviviales, les soirées sexe et bien sûr les nuits câlines,
  • En résumé, « A » devra partager « B » avec « C ». Bien que « A » en soit affecté, ce dernier devra se contenter de week-end en solitaire tout en attendant que « B » veuille bien lui revenir. « B » est plutôt satisfait de sa vie de couple. Mais qu’en est-il de « A »… Même par amour, que gagne « A » dans ce schéma qui ne lui va pas du tout ?

C’est pourquoi, envisager une vie de couple c’est comme préparer un voyage à l’étranger avec son partenaire. 

  • La première des évidences est d’être certains que les deux ont envie d’aller au même endroit ! 
  • Partir pour le même pays, y visiter les mêmes villes.
  • Puis, au sein de ces villes, s’assurer que l’on ait envie d’y voir les mêmes choses serait un gros plus. Cela dit rien n’empêche d’avoir envie de visiter des choses différentes et dans ce cas, il est préférable de s’assurer que l’autre est partant pour ça sinon, il faut s’organiser pour que, pendant que l’un visite un musée, l’autre ait le loisirs d’en visiter un autre…

Si on reprend point par point cette exemple on peut donc faire aisément un parallèle avec la vie de couple.

Billet pour une même destination

La première des évidences est d’être certains que les deux ont envie d’aller au même endroit ! En effet, les deux partenaires ont-il envie de s’investir à fond dans une vie de couple ? L’un des deux ne se contenterait-il pas tout simplement d’une vie ami-amant ? Chacun ayant son appartement et les deux se retrouvent dans la semaine pour passer des soirées ensemble ainsi que quelques-uns (ou tous les) week-end et même pourquoi pas les vacances ensemble.

Si l’un d’eux n’est pas dans le même trip, il est inutile de continuer dans cette voie, sinon, cela revient à dire que les deux partenaires se retrouvent dans le même aéroport mais pour prendre deux vols différents … ça n’a pas de sens.

Partir pour le même pays y visiter les mêmes villes.

Un fois que l’on est d’accord sur le principe de la vie commune, est-on prêt à abandonner son appartement et ses affaires pour intégrer celui du partenaire ? Préfère-t-on se débarrasser de nos appartements respectifs mais garder les meubles ? Oui encore plus radical : tout bazarder pour recommencer une nouvelle vie à zéro ?

Puis, au sein de ces villes, a-t-on envie de visiter les mêmes choses ?

Chacun des deux partenaires a ses propres goûts, ses propres envies, ses propres centres d’intérêts. Certains sont communs au deux, d’autres pas. A-t-on envie de les faire partager à l’autre ? A-t-on envie de découvrir ceux de l’autre ? Si non qu’est-on prêt à faire pour laisser l’autre jouir de ses passions ? Est-ce que ça nous coûte de laisser l’autre nous quitter pour sa passion ? Si ça nous coûte (cher) alors on parle de concessions sinon tout va bien. Faire des concessions peut peser sur un couple à la longue.

Dans tous les cas, envisager une vie de couple suppose de revoir sa propre vie. Ça impose de prendre de grandes décisions avec de lourds investissements personnels. Cela engage nos responsabilités l’un envers l’autre. Démarrer une vie de couple n’est pas une chose anodine, c’est une étape importante dans la vie de chacun. Ça fait peur à beaucoup d’homosexuels et pourtant, regarde-t-ils du côté hétéros ? Où en serait le monde si les hétéros hésitaient de la sorte ? Entre homos, il ne s’agit que de vie commune, avec une maison ou un appart éventuel à la clé. Entre hétéros il est question d’enfants ! Faire des enfants est encore plus lourd en termes de responsabilités.

Bien sûr que les couples hétéros divorcent.

Mais pas tous ! Y en a qui tiennent non ? Et puis même s’ils divorcent, est-ce une raison pour s’arrêter de vivre et de ne pas vouloir vivre en couple ? Le monde serait mort depuis longtemps si les hétéros pensaient comme beaucoup d’homos. La vie de couple vaut la peine d’être vécue. S’endormir chaque soir auprès de celui qu’on aime, enlacés, n’a pas de prix… Et que dire de se réveiller auprès de lui, de voir son sourire comme premier spectacle du matin, de prendre le petit déjeuner ensemble avant de commencer une journée dure au milieu d’une jungle humaine impitoyable ? Et que dire du fait de pouvoir vieillir auprès de celui qu’on aime ? De pouvoir s’occuper de lui quand tout merde pour lui ? et réciproquement ? Y a-t-il quelque chose de plus précieux que d’avoir la chance de partager sa vie avec celui qui nous va parfaitement ??

Ne penser qu’à lui. Tout lui donner pour mieux tout recevoir de lui. Compter sur lui…

Ok on a tous nos amis mais ils ont leurs vies à mener ! Ils ne peuvent être présents dans nos vies 24/24h 7/7jours… Eux aussi ont leurs affaires à mener, leurs soucis à résoudre, leurs quotidiens à remplir.

Quand ils nous quittent après une super bonne soirée, ils partent vers leur quotidien et nous restons seuls face au nôtre. Les soirs de certaines déprimes, a-t-on envie de les emmerder avec notre spleen ? Et eux ? pensent-ils à nous ? Quand on est cloué au lit avec 39°, a-t-on envie de les appeler pour qu’ils nous prépare un dîner chaud tant on est incapable de se lever ? Et eux où sont-ils ? Les amis c’est une force dans nos vies mais ce n’est pas tout. Ils sont souvent absents (inconsciemment) pendant que nous déprimons seuls devant nos solitudes…

Au contraire, que dire du bonheur de partager au quotidien les tout petits plaisirs de la vie avec l’homme que l’on aime ? Que dire du plaisir de partager nos sentiments sur un film à la sortie due la salle de ciné, devant un verre, dans un café de la ville ? Que dire de la joie de se retrouver devant un paysage somptueux au centre d’un pays fabuleux à ses côtés pour partager avec lui nos émotions ?

Mince y a pas photo les gars.

Vous avez trouvé l’homme de votre vie ? Merde foncez ! On a qu’une seule vie. Ne la vivez pas au travers du regard des autres !

Ils seront où ces gens qui vous aurons gâché votre vie au soir de celle-ci ? Qu’en auront-ils à faire devant votre constat d’échecs parce que vous avez passé vos jours à vous soucier du « qu’en dira-t-on ? ». Quand aurez vous compris que votre vie vous appartient, que vous ne devez laisser personne d’autre en prendre les rennes, que vous devez la vivre pleinement sans vous soucier de ce qu’en pense votre voisin, votre famille, ou même vos amis. Tous ces gens vivent la leur, vivez la vôtre. Faites en sorte de n’avoir jamais à dire « purée, si j’avais su, si j’avais été moins con… ». Des regrets ? bof ! Mais des remords ! jamais ! Ne rien regretter sera déjà pas si mal non ?

Conclusion :

Et pour terminer je vous renvoie à la dernières séquence du film de 1994, réalisé par Stephan Elliott : « Priscilla, folle du désert » où Hugo Weaving (Mitzi) dit Terence Stamp (Bernadette/Ralph) Tu es sûr ? et la réponse de Bernadette : « tu n’en sais rien tant qu’on a pas essayé…. »