Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque. A te regarder, ils s’habitueront. ».

noter25Depuis le début de l’année 2011, la RATP nous présente ses vœux avec une citation philosophique de René Char : « Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque. A te regarder, ils s’habitueront. ».

 

Voici une phrase qu’on peut lire sur bon nombre d’affiches dans le Métropolitain parisien et qui a détourné un peu notre attention du « 20 minutes », du « Metro » ou du « Direct matin » encore froids et humides d’être restés trop longtemps à l’entrée de la bouche de métro et que nous nous apprêtions à lire bêtement comme des dizaines de personnes comme nous dans la même rame. Cette citation philosophique est extraite de « Les Matinaux » de René Char aux Editions Gallimard ; 1950.  De la philosophie le matin dans le métro sans qu’on s’y attende ? En voilà une idée saugrenue !

 

Aaahhhh philosophie quand tu nous tiens…. Voici une phrase qui peut coller à la vie de chacun laissant à tous la possibilité se l’approprier pour l’adapter à son existence. La RATP a-t-elle une idée de ce qu’elle sème parfois ? D’ailleurs, cela s’applique à chacun de nous : par nos actes, par nos propos, nous influençons sans le savoir la vie des autres et parfois même, nous pouvons devenir le modèle de quelqu’un… Ne vous a-t-on jamais dit qu’à cause de (ou grâce à) votre comportement face à la vie et ce, sans le savoir, un jour, vous avez changé celle qu’un de vos amis ? J’ai le souvenir d’un SDF, que je rencontrais tous les matinsau coeur de  l’hiver 2010 en allant au bureau. il était assis sur sa valise les jambes enroulées dans une couverture , toute sa vie contenue dans cette dernière et quelques sacs plastiques à ses pieds. Chaque matin nos regards se croisaient, le sien accompagné d’un merveilleurx sourire qui me remettait d’équerre les jours où je n’avais pas le moral. Depuis, nos bureaux ont déménagés et je ne croise plus cet homme qui paraissait avoir qui ? 50 ? 60 ans ? Mais qui me manque un peu le matin et pour qui, les jours où j’ai une baisse de moral, j’ai une pensée pleine de tendresse et d’amitié. On sème constamment des choses dans notre sillage à l’image de cet homme qui ne saura jamais qu’il a marqué ma mémoire au point que nos courtes tranches de vie matinales se retrouve ici, consignée dans cet article…  Certaines graines resteront mortes à jamais, d’autres « dorment  » attendant qu’on vienne les arroser, d’autres enfin germent spontanément et donnent de belles récoltes.

 

René CharIl semble que René Char, quelques décennies après sa mort, ait encore la possibilité de changer la vie de bon nombre de ceux qui l’ont lu un matin de très bonne heure, sur un quai de métro, les yeux encore plein de sommeil, entre deux bâillements pas très discret, un casque sur les oreilles diffusant une musique sensée les aider à se réveiller avant d’atteindre qui son bureau, qui son magasin, qui sa cuisine de restauration collective ou traditionnelle, qui son entrepôt ou son atelier …. Pour info, René Char était poète et résistant français. Né le 14 juin 1907 à L’Isle-sur-la-Sorgue il est décédé à Paris le 19 février 1988.

 

C’est ainsi qu’un homme de ma connaissance me disait début janvier avoir été tellement interpelé par cette citation qu’il avait envie de changer sa vie, tout chambouler, voir ne rien effacer mais recommencer à zéro. Un homme qui allait fêter ses cinquante ans. Un homme qui, semblait-il, n’avait plus rien à prouver ni à lui, ni aux autres. Un homme qui, du moins le pensait-il jusque là, n’aspirait qu’à poser ses quelques valises pour mieux se poser lui-même.

 

Car enfin, en quoi cet homme a-t-il besoin de changer sa vie ? Il a quitté sa province natale quand il avait une bonne vingtaine d’année pour vivre depuis, librement, sa vie sans devoir rendre compte à sa famille. Partir (fuir un peu) pour devenir ce qu’il était (« Deviens ce que tu es » ; Nietzche – phrase reprise par la marque LACOSTE comme slogan publicitaire dans les années 2000) et le faire simplement (« Just do It » ; slogan publicitaire bien connu de la marque NIKE) sans affronter le regard réprobateur des siens. Se découvrir un jour homosexuel et décider de ne plus avoir honte de l’être n’était pas une histoire aussi simple à assumer dans les 70’s que ça peut l’être aujourd’hui en ce début du troisième millénaire. En 1976, on cassait du pédé en toute impunité, pire même et on le faisait comme le dirait Jacques Martin : « sous vos applaudissements » car les histoires de ratonnades (casser du raton entendez casser de l’arabe) comme celles de pédés battus et détroussé amusaient bon nombre de gens « bien pensant » le lundi matin devant la machine à café. En rance, il aura fallu attendre 1981 pour voir l’homosexualité dépénalisée par le gouvernement de Mitterrand, puis retirée du tableau du manuel diagnostique et statistique des maladies mentales, en 1985 par l’O.M.S (Organisation mondiale de la Santé) puis enfin elle a été déclassifiée lors du congrès de 1992, pour tous les états signataires de la Charte de l’OMS.   Jusque là en effet, l’homosexualité a été couramment considérée comme une maladie par les psychologues et les médecins de la fin du XIXème siècle. C’est Magnus Hischfeld, qui dès 1931, tente de démontrer que l’homosexualité est constitutionnellement déterminée, innée et non modifiable. Bien sûr, le débat est toujours d’actualité chez ceux qui refusent l’idée que si la nature fait toujours en sorte que l’humanité est composée de 52% de femmes contre 48% d’hommes elle fait également en sorte, qui qu’il arrive, de maintenir une proportion de 8% de lesbienne chez les femmes et autant chez les hommes. Depuis 1992 donc, l’homosexualité n’est donc plus considérée comme une maladie. Tout pays tentant par un biais ou par un autre d’instaurer un suivi médical pour homosexualité est condamnable sur le plan international (Convention européenne de sauvegarde des droits de l’Homme), et sur le plan national (Déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen et les articles 225-1 et 225-2 du code pénal français ).

 Impose_ta_chance_A242990

« Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque. A te regarder, ils s’habitueront. »

 

Ils ? Mais qui ça « ils » ? Et à quoi s’habitueront-ils ? Au fait que jamais il ne sera accompagné d’une femme lors des déjeuners dominicaux ? Au fait que les mots d’amour qu’il prononcera, les gestes de tendresses dont il sera capable seront pour un homme ? Au fait que jamais il n’aura d’enfant ? Au fait qu’avec son compagnon, il formera un jour un véritable couple à l’image de ceux formés par les hétéros ? Au fait que ce faisant il dérangera parce qu’il brouillera les codes si ancrés dans la conscience humaine : la femme à la vaisselle et à la lessive, l’homme au bricolage et à la réparation de la voiture ? Mais qui fait quoi chez un couple homo ? Qui se colle au repassage ? Qui se plante devant les fourneaux pendant que l’autre (lequel) fais les poussières et passe l’aspirateur ? et finalement la question qui brule les lèvres mais qui n’est jamais posée : qui fait la femme ?

 

« Impose ta chance » :

 

Impose le fait d’être bien dans tes baskets en n’ayant plus honte d’être homo comme d’autres sont simplement hétéros.

 

« serre ton bonheur » :

 

Le bonheur d’être en bonne santé, de n’avoir aucune maladie grave, d’avoir un mec dans ta vie qui t’aime et qui ferait n’importe quoi pour toi !

 

« et va vers ton risque » :

 

Oui, aujourd’hui, on prend encore un risque en sortant de son placard et en assumant son homosexualité ! Oui certains se font rejeter de leur famille ! Oui certains dans le monde professionnel se voient mettre dans un placard pour qu’on ne voit pas ce pédé au grand jour ! Oui en ce IIIème millénaire il existe encore une discrimination avérée envers les homosexuels ! Alors tout dire à ses parent alors qu’il vient de fêter ses 50 ans est pour lui un acte douloureux, presque héroïque, avec la crainte au ventre de voir ses parents (voir sa sœur aussi) le rejeter.

 

« A te regarder ils s’habiteront »:

 

A te voir épanouis, heureux d’être enfin libre d’être toi-même sans avoir à te mentir, à mentir aux autres et surtout pas à tes proches, en somme, à te voir vivre ta vie d’homosexuel ils se rendront à l’évidence : être soi-même est important pour l’épanouissement soi. C’est presque enfoncer une porte ouverte d’écrire ça et pourtant, il existe encore des gens à qui il faut encore et encore le démontrer. Les psychiatres du 19e siècle (dont Freud) pensaient que l’homosexualité engendrait des dépressifs, voir des gens suicidaires. Foutaises bien sûr ! En fait ces psychiatres ne voyaient dans leurs cabinets que des gens persécutés, mal dans leurs peaux parce que n’ayant pas la possibilité de s’assumer en tant qu’homosexuels. Les autres, ceux pour qui être homo ne posaient aucun problème ne fréquentant pas les cabinets de Freud et consorts, ceux heureux d’être ce qu’ils étaient, bien sûr, les psy ne les voyant jamais ne pouvaient les étudier. Que d’hypocrisie !

 

« Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque. A te regarder, ils s’habitueront. »

 

En observant cet ami regarder sa vie ou du moins ce qu’il en a fait jusqu’à ce jour et en le voyant vouloir remettre tout en question je ne peux que penser à tous ceux, qui comme lui, on lu un matin cette phrase de René Char et se disant que décidément, 2011 (étant un nombre premier) allait être une grande année pour eux : l’année de tous les changements. Gay Graffiti sera à leurs côtés pour les soutenir dans leur cheminement. A tous ceux qui ont envie de prendre enfin leur vie à bras le corps parce qu’après tout leur vie n’appartient qu’à eux et eux seuls j’ai envie de dire écrivez-nous ici et dîtes nous ce qui a changé en 2011 pour vous ! Faîtes-nous part des avancées, des difficultés, des obstacles surmontés, ceux où vous avez trébuché, ceux qui vous ont achevés… dîtes nous où vous souhaitez aller, où vous vous être rendu, ce que votre vie est devenue. Laissez nous vos commentaires : ils serviront à d’autres, croyez nous ….

 

A tous (et toutes) Gay Graffiti souhaite enfin la vie que vous méritez : être vous, rien que vous ! Deviens ce que tu es…. Just do it !

1973348431_small_2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.