Lieux de dragues et Adrénaline

Que de différences entre les hommes et les femmes ! Je réécoutais la trilogie des émissions que nous avons diffusé il y a queles années (je vous les envoie sur demande) et traitant du sujet des homos (et sympathisants) dans la musique en générale pour, une fois de plus, m’en rendre compte. Minoucka qui en avait réalisé une grande partie nous avait apporté des tonnes de trésors puisés dans la chansons française. En fait les filles écoutent peu de technos ou de la house car plus sensibles aux chansons à textes. Ceci expliquerait pourquoi on trouve peu de bars purement lesbien. Idem pour les discothèques (il en existe pour les filles qui aiment les filles mais elles sont tellement rares).

Elle préfèrent rester « entre elles », chez l’une ou l’autre, à se faire des soirées cools entre filles à écouter de la musique où les paroles tiennent une grande place, ou à visionner ensemble des DvDs de films de filles où très souvent la boîte de « kleenex » devrait être fournie gratuitement en prime avec le précieux coffret.

On ne voit jamais de filles non plus sur des lieux de dragues. A ma connaissance, il n’en existe aucun en France. C’est pas qu’elles ne soient pas « chasseresses » mais ce n’est pas dans leurs pratiques. Comment font-elles alors pour se draguer ? Internet sans doute et les sites de rencontres. Et pour celles qui n’ont pas Internet ? Pour moi c’est un grand mystère que j’ai  cherché à élucider mais pour lequel je n’ai jamais trouvé de réponse ; dommage pour moi. Promis, je vais continuer de me rencarder.

Ce que je sais en revanche, c’est comment ça se passe chez les mecs …. Et là, j’en connais désormais un rayon que je m’en vais vous faire partager ici.

Tout d’abord, chacun devra garder à l’esprit que quelle que soit la sexualité de l’homme (hétéro ou homo) il n’en reste pas moins un chasseur. Chasseur avec plus ou moins de ferveur mais chasseur avant tout. Ca explique souvent (mais il y a d’autres raisons à cela)  pourquoi les couples gay tiennent moins dans le temps que les couples lesbiens. C’est un fait, c’est ainsi. Les couples gay qui durent ont souvent passé une sorte de contrat du genre : on se fait des plans à trois de temps en temps (au mieux) ou on se fait des plans chacun de son côté (au pire et pas toujours en ayant l’honnêteté de tout dire à son conjoint. Pas bien !).

Aaaah dure loi de la sexualité masculine qui a besoin de temps en temps d’une montée d’adrénaline histoire de mettre du sel dans sa vie. Pour un mec, pas question de s’endormir dans une routine soporifique. Vivre sa sexualité dansgereusement plutôt que s’emmerder avec le (la) même partenaire. Ceci vaut une fois de plus pour les hétéros ou les homos. Pour s’en convaincre y a qu’à regarder le nombre de mecs hétéros qui possèdent une maitresse (ou les hétéros qui possèdent un amant ! LOL !) ! Pas convaincus ? Aller donc faire un tour sur www.coco.fr un site où il n’y a pas besoin de s’inscrire, qui est gratuit 24/24h, et qui permet des rencontres en deux temps trois mouvement là où d’autres vous en propose moins contre monnaie sonnante et trébuchante ou encore www.tchatche.com (aux manageurs de coco.fr ou tchatche.com, un chèque pour cette pub sera le bienvenu. Je rigole !). Bref, sur ces sites, il y a un nombre fou de mecs qui cherchent des filles mais, ne trouvant pas leur bonheur, se rabattent sur le cul des quelques mecs gays connectés. Pour ce qui me concerne, 80% des mecs qui ont fini dans mon lit (ou dans le lit de ceux que j’ai fini) étaient hétéros (bi dirons-nous ? MdR !). La quasi totalité de ceux qui ont fini dans mon lit ne pouvaient recevoir et pour cause, ils sont en couple avec madame (ou mademoiselle ou même monsieur). Bref, c’est plus fort qu’eux, ils ont besoin de sexe et quand madame(ou monsieur) se dérobe c’est ailleurs qu’ils vont voir et peu importe pour eux le trou pourvu qu’ils aient l’ivresse. Au passage les filles, sachez que vos mecs baisent sans capote prétextant que cette dernière les fait débander ! Ca vous étonne ? moi pas. En tout cas vous devriez penser à vous faire tester contre le VIH, sait-on jamais ….

Mais revenons à nos lieux de dragues masculines où l’homme vient régulièrement chasser pour assouvir son besoin d’adrénaline dont il éprouve souvent un manque certain. On peut même parfois parler de conduite adictive. Rappelons au passage ce que sont les conduites addictives qui se définissent comme des conduites à la fois impulsives où l’envie de consommer un produit, de pratiquer une activité (y compris sexuelle), un culte, de fréquenter une personne, un milieu, un endroit particulier, une association, etc… est ressentie comme irrépressible ; l’autre dimension est de nature compulsive, c’est-à-dire que la satisfaction de la consommation dure peu et que progressivement s’installe un besoin impérieux de répétition de l’acte addictif (dépendance). Donc pour quelques-uns d’entre nous, on peut être en manque d’adrénaline ? Lla réponse est oui bien sûr. Alors, quand ce manque se fait trop ressentir, quand le besoin est trop fort alors, sans s’en rendre compte, on se retrouve souvent la nuit, les pieds dans la boue, dans un endroit souvent sale et glauque, parfois même dangereux, à tourner en rond à l’orée d’un bois donnant sur un parking de route nationale, à faire les cent pas sur le bord d’un canal, dans les allées sombres d’une forêt, aux portes des toilettes d’une autoroute… On reste là à attendre qu’un mec à notre goût se pointe et même quand les pulsions sont si fortes au point d’accepter n’importe qui, on est prêt à baiser avec le premier venu (en espérant que ce moment passe au plus vite) pour soulager cette addiction intenable.

Mais à ces lieux de dragues immondes, on peut en ajouter d’autres qui, quelques fois, ne sont vraiment pas mieux. Il s’agit des toilettes des hypermarchés. J’en vois qui s’étonnent. Comment peut-on draguer dans ces endroits et surtout comment fait-on ? Comment cela se passe-t-il ? Le plus simplement du monde ! Un mec se campe naturellement devant un urinoir, déballe, et … attend. Un mec qui semble avoir une grosse envie de pisser OK, ça peut passer mais quand il est là depuis un moment plus long que la normale y a plus trop à se poser de question. Si le type vous plait alors suffit alors pour vous de vous installer à l’urinoir libre le plus proche, déballer, et attendre aussi. Montée d’adrénaline garantie ! En plus y a l’odeur de pisse. Hummm pour certains, ces odeurs (avec celles des aisselles ou des pieds) sont aphrodisiaques. Bref ! Le gars ne tardera pas à vous regarder et vous sourire. Faites-en autant pour qu’il comprenne et alors là, reste plus pour vous deux qu’à discuter des « modalités » du plan : « Chez toi ? Chez moi ? Dans un chiotte sitôt que l’un d’eux sera libre ? Je te suis dans un bois de ta connaissance ? Une cave tranquille ? Un parking sous-terrain désert ? » Bref à vous de voir… Peu importe ce qui se passera ensuite. J’ai vu des mecs aller et venir entre l’entrée et les urinoirs pour s’y installer et attendre le partenaire. Parfois y a des prostitués qui y gagnent bien leur journée (sur Coco.fr et Tchatche.com aussi tant que j’y pense … beaucoup de jeunes (environ 18/22 ans) font les « escort-boy » comme on dit aujourd’hui, c’est plus élégant que pute.).  Ainsi donc si vous cherchez à combler ce manque d’adrénaline, les toilettes d’hypermarchés sont faits pour vous. Quand vous irez, ayez une petite pensée pour moi qui vous ait passé ce tuyau dans un premier temps et une autre pour George Michael qui nous a écrit l’une de ses plus belles chansons (« Outside ») après une embrouille dans ce genre d’endroit avec la police…

Ca m’ammène naturellement aux Grands Magasins comme la BHV rue Rivoli que d’aucuns à Paris appellent TataLand. La première fois que j’y suis allé, j’ai cru rêver !! Ce fut comme une sorte d’Eldorado Gay. A chaque coin de gondole, dans chaque allée, des dizaines d’yeux qui vous matent quand ce n’est pas vous qui n’avez pas assez des vôtres pour mater tous ces hommes tellement  fahion, tellement in, tellement gay ! Jusqu’aux escalators qui peinent à monter ou descendre toute cette gargaison homosexuelle, telle un flot incessant de chair à consommer sans modération dans les saunas environant, qu’on se croirait dans un film tourné pour Roger Waters et son The Wall. ici aussi on ne consamme pas dans le magasin mais on se suit (et se renifle) jusqu’à la « boîte à Cul » la plus proche (sauna, cruising bar, etc …)

Puis il y a MSN, les tchat sur des sites à themes (sites SM, Scat, Beurs, Black, échangistes, bears, etc …) où la sélection est dure. Très dure ! Si tu as plus de 40 ans, si tu pèses 75kg pour 1,70m déjà là tu cumules et tu as tout faux ! OUT ! Mon garçon… A croire qu’ils cherchent tous Brad Pitt sur ce genre de site. Qu’ils se réveillent : Brad pitt est déjà pris et tous ceux lui ressemblant …. aussi ! Ce qui traine sur ces sites sont des gens ordinaires rien de plus ni de moins. Ceci m’amène à vous parler des rencontres virtuelles. Voilà le sport favoris de la plupart de nos congénères avec dans l’ordre :

  • Rentrer chez soi et se mettre à l’aise
  • allumer l’ordinateur portable
  • prendre une bière pour les plus virils, les autres ce sera un Perrier rondelle.
  • démarrer leu tchat préféré ayant à la clé une web cam (instrument indispensable pour l’internaute virtuel)
  • chasser sur ce que l’on trouve
  • quand un mec répond alors lui poser les questions pratiques à base de chiffres : Age ? Poids ? Taille ? Monté combien ?
  • si ça semble coller avec ce que vous attendez alors proposer d’emblée la cam
  • Là, se masturber avec le partenaire à l’autre bout de l’Internet (ouaaaahhh mieux qu’un film de boules !)
  • quand vous êtes arrivé à destination se déconnecter et aller dodo !

Lamentable. Finies les relations réelles au cours desquelles, même si le partenaire ne nous plaisait pas, au moins il restait une discution qui pouvait s’avérer très riche et déboucher sur des amitiés cools et durables. Au lieu de cela, c’est la misère ! Un désert affectif. Un grand vide exempt de rapports humains … Mais au fait, que dire de ceux qui, finalement font le déplacement et qui, une fois la jouissance expulsée de leur corps, se rhabille sans mot dire et sont déjà sur le palier en moins de temps qu’il n’en faut pour écrire ces mots ? Comme si après l’acte, le quidam se sent sale, coupable d’être là, rongé du remords d’avoir trompé madame.

Dois-je aussi parler de ceux qui sont mariés et ne sont libres que l’après midi ? ceux-là sont bien aussi ! Genre à croire que vous êtes une pute (gratuite), attendant le client en bas de son immeuble, toujours disponible pour ces cons qui ne s’assument pas mais qui vous font la gueule quand vous leur répondez que vous n’êtes pas dispo car au boulot les après-midis. Des coups de pieds au cul se perdent ….

Et puis-je aussi vous parler de ceux qui n’ont jamais de capotes sur eux et qui sont mécontents que vous ne les founissiez pas ? A ceux-là je leur propose cet inventaire à la Prévert (valable aussi aux putes qui vous demande de l’argent contre un plan !) :

  • Je reçois, donc on économise une chambre d’hôtel ; économie de 45€
  • j’offre le café (6€) ou la bière (9€ hey c’est pas de la pisse !) ou le whisky (15€ idem les gars, c’est du 12 ans d’age)
  • J’offre la douche
  • j’offre le gel
  • j’offre les capotes (la boite de 10 tourne en moyenne à 15€ donc 1,50 pièce)
  • j’offre mon corps (hey, tu vas quand même y prendre du plaisir non ? En tout cas pour moi il n’a pas de prix, en toute modestie !)

Economie réalisée si on n’utilise qu’une seule capote : entre 52,50€ et 601,50! Donc à l’arrivée, c’est à toi de me payer banane !

Je vous engage, ci-dessous, à nous raconter vos expériences dans ces domaines : promis si elles sont cools (n’oubliez pas que vous pouvez être lu par des mineurs OK ?) elles seront publiées ci-dessous sans problème. Pensez à signer votre prose même au moyen d’un pseudo, qu’importe, mais au moins ça humanisera vos propos. A vos claviers ….

One Reply to “Lieux de dragues et Adrénaline”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.