La capote, quelques règles de base (avec Le Roi de la Capote et Miss Pandora)

Les règles de bases par Miss Pandora …  et Le Roi de la Capote.
  
Voici les règles de base à connaître quant à l’utilisation du préservatif (masculin ou féminin):

– Une boîte de préservatif, ou un emballage de préservatif (préservatif : qui préserve des maladies et des infections sexuellement transmissibles) à un marquage « CE » (Communauté Européenne) et/ou « NF » (Norme Française), au minimum. Si un préservatif ne comporte pas au moins une de ces deux normes extrêmement sévères, ne l’utiliser pas. En cas de doute, contactez-nous.

– Un préservatif masculin se met sur un sexe en érection.

– Conservez vos préservatifs et vos lubrifiants dans un endroit sec et frais, à l’abri du soleil.

– Attention, ne gardez pas un préservatif dans votre poche de pantalon ou de jean en permanence, l’exposition prolongée et répétée du préservatif à la chaleur de votre corps, peut le rendre poreux, et donc inefficace!

– Ouvrez l’emballage individuel d’origine du préservatif uniquement avant un rapport, et non pas plusieurs heures avant celui-ci.

– Lisez la notice! Oui, beaucoup de personnes ne savent pas encore comment l’enlever ou le mettre correctement. N’hésitez pas à vous entraîner avant un rapport seul(e) dans votre coin, si vous n’avez pas l’habitude.

– Un préservatif à une date limite d’utilisation de 5 ans à partir de sa date de fabrication. Vérifiez celle-ci avant toute utilisation.

– Faites-vous les ongles avant de dérouler un préservatif ! En effet, beaucoup de déchirure à la pose du préservatif sont dues à des ongles mal entretenus ou coupants. Les bagues comportant des parties saillantes peuvent être aussi dangereuses lors de la pose.

– Les préservatifs ont tendance « à se déchirer » avec vous et/ou votre partenaire ? Utilisez du lubrifiant !

– Ne mettez pas deux préservatifs l’un sur l’autre, c’est inutile et dangereux; en effet un préservatif est efficace s’il est utilisé seul. Si on le recouvre avec un deuxième préservatif, ceux-ci vont frotter l’un sur l’autre, risquant de se déchirer, et d’autre part l’un des deux risque d’être « poussé » par l’autre à l’intérieur du vagin ou de l’anus de votre partenaire, pendant le rapport. A proscrire, donc.

– Si un préservatif à tendance à se coincer lors du déroulement, c’est qu’il est très légèrement trop grand, dans la plupart des cas. Essayez-en autre très légèrement plus petit.

– Utilisez des lubrifiants additionnels en accord avec le préservatif: si le préservatif est fabriqué avec un lubrifiant à base d’eau, utiliser un lubrifiant additionnel à base d’eau également. Même logique pour les préservatifs lubrifiés avec un lubrifiant à base de silicone.

– N’utilisez JAMAIS autre chose que des lubrifiants spécialisés pour les relations sexuels avec les préservatifs. En effet d’autre produits peuvent rendre poreux le préservatif voir le dissoudre! Pas de beurre, d’huile d’olive, de graisse, etc.

– Vous n’avez pas ou plus de préservatif ? Allez boire un café ou faites de la poterie! C’est moins dangereux… ou courrez jusqu’à la plus proche pharmacie ! Il xiste aussi des sites Internet où l’on peut acheter des préservatifs de façon sécurisée (Paypal par exemple) donc en toute confiance.

– Des réactions cutanées apparaissent après l’utilisation du préservatif ? Consultez votre médecin traitant en lui amenant la boîte de préservatif et/ou le modèle de celui-ci.

Quelques conseils par Miss Pandora… 
 
 
Avant toute chose, utilisez des préservatifs ! Oui cela paraît simple, mais l’utilisation du préservatif est devenue vitale. Vous n’aimez pas ça, vous trouvez le préservatif gênant, trop épais, trop petit, trop grand, etc… et bien pas de panique !

Avant les rapports sexuels:

Restez calme. En effet le stress pour les garçons comme pour les filles n’est jamais bon quand on doit mettre, ou utiliser un préservatif.  Si vous êtes stressé, parlez-en à votre partenaire, ou si vous désirez ne pas le faire, gardez votre sang froid, cela n’a rien de terrible, et cela deviendra avec un peu de pratique et de conseils, un vrai plaisir.

Amusez-vous, avant tout. Beaucoup de stress inutile et de dégoût du préservatif, viennent du fait que l’on reste beaucoup trop sérieux lors des premiers rapports avec préservatifs. L’amour est une passion, pas une corvée!
Pour ceux qui tremblent rien qu’à l’idée de mettre un préservatif, plusieurs cas peuvent se présenter :

  • Demandez donc à votre partenaire de le mettre à votre place. C’est très agréable et vous ne risquez pas de perdre votre érection si c’est le cas.
  • Vous n’osez pas lui demander? Mettez-lui le préservatif dans la main, votre partenaire devrait comprendre.
  • L »idée vous fait perdre votre érection? Certains Préservatifs comme les Durex, Condomi, Manix et les Romantic Love Rubber, ont des formes extrêmement bien étudiées pour se dérouler sans embûche, et avec délicatesse.
  • Dans certains cas, demandez à votre partenaire d’utiliser le préservatif féminin. Vous retrouverez confiance en vous.
  • Votre partenaire ou vous-même, est allergique au latex? aucun problème, les Durex Avanti pour les garçons et le Préservatif Fémidom pour les filles, en polyuréthane.
  • Vous avez un sexe de très grande taille? Utilisez les Durex Comfort XL, 215 mm de long et 57 mm de largeur. Attention c’est le préservatif le plus grand que l’on puisse trouver en Europe!
  • Vous avez un sexe de taille normale ? Utilisez les préservatifs qui ont une taille comprise entre 178 mm et 200 mm de long. N’utilisez surtout pas des préservatifs de grandes tailles, vous risqueriez de le laisser en place ou de le perdre. Plus grave, en cas de glissement ou de dérapage, votre partenaire et vous ne seriez plus du tout protégés.
  • Vous avez un sexe de taille réduite ? Vous « nagez dans les préservatifs » ? Il existe une solution, en attendant d’avoir des produits mieux adaptés ; en effet, les préservatifs sur le territoire français ont en moyenne une taille de 178 mm. Les tailles des 160 à 165 mm sont très difficiles à trouver. La solution est d’utiliser le préservatif féminin. Souvent considéré comme une bête curieuse, il s’avère très pratique dans beaucoup de cas. Plutôt que de subir un stress, ou si vous ne trouvez pas de préservatif à votre taille, demandez à votre partenaire de mettre un préservatif féminin. Parlez-en bien avant les rapports sexuels, car il faut une certaine pratique et une connaissance de son corps pour le mettre en place. La première fois est toujours un peu plus délicate.
  • Vous pratiquez la sodomie, utilisez des préservatifs comme le Condomi Strong, ou le préservatif féminin Fémidom. Oui vous lisez bien, le préservatif féminin est un excellent choix pour la sodomie : il est très résistant, nettement plus lubrifié que ces collègues masculins, sans latex, et très confortable pour les deux partenaires.
  • A quoi sert une digue buccale ? si vous êtes un adepte des pratiques bucco-vaginales et/ou bucco-annales, ce préservatif est fait pour vous. C’est une barrière très efficace contre les maladies et les infections sexuellement transmissibles. Il se présente sous la forme d’une grande feuille et on l’applique entre le sexe du partenaire et sa bouche, constituant ainsi une barrière. La sensation n’est pas altérée.
  • Lubrifiés, réservoir ? Quecosa ? Sachez que tous les préservatifs normés (CE, NF, EN 600, etc.) sont lubrifiés et avec réservoir. Il est très rare de trouver des modèles sans réservoir et non lubrifié.

Ayez toujours des préservatifs sur vous ! 24h/24 ! H-60 secondes… Il faut le trouver, le mettre etc…

  • Pensez à détacher chaque préservatif individuellement des uns et des autres, bien avant votre rapport, voir la veille, cela vous facilitera la tâche à l’instant T.
  • Ne mettez pas les préservatifs dans une boîte avec un couvercle récalcitrant, vous courez à la catastrophe ! Un tiroir de table de chevet est beaucoup plus approprié. Ou mieux, une jolie coupe de grande taille en cristal : c’est joli et au moins votre partenaire est mis en confiance tout de suite : « Vous êtes quelqu’un de sérieux et donc safe ».

Le pantalon au pied du lit, est une bonne solution, mais si vous êtes dans une position scabreuse à l’autre bout du lit, il va falloir retrouver votre pantalon à l’autre bout du lit ! Si vous êtes un peu émotif, cela risque de vous perturber pour la suite des évènements. Il existe un excellent truc pour avoir un préservatif sous la main, quelque soit la position dans laquelle vous vous trouvez au moment des rapports sexuels (en supposant que cela soit dans votre lit) :

  • Prenez une boîte complète de préservatifs,
  • Séparez-les individuellement,
  • Disposez les tous les 30cm environs entre le matelas et le sommier (si, si, vous allez voir…), en ne les laissant que très légèrement dépasser. Il faut que lorsque vous effleurez la zone qui ce situe entre le matelas et le sommier vous sentiez le foil (l’emballage) du préservatif ! S’il est trop caché, vous ne le trouverez jamais.
  • Ressortez-le un peu. Disposez les sur TOUT le périmètre du matelas !
  • Et abracadabra: maintenant, quelque soit la poistion dans laquelle vous vous trouvez, il vous suffit de tendre le bras et de tâtonner à gauche et à droite avec votre main pour être sûr de trouver un préservatif.
    Succès garanti !

Vous pouvez bien sûr utiliser toute la boîte. A réserver à ceux qui ont de la mémoire.. (hihihhi…)

  • N’utilisez jamais vos ongles pour dérouler un préservatif. Il est très résistant, mais une coupure peut arriver et rendre le préservatif inutilisable.

Si le préservatif se « coince » en cours de route plusieurs choses:

  • ne paniquez pas, sinon c’est le début des ennuis… Restez calme.
  • remontez-le légèrement en respectant son enroulement,
  • recommencez à le dérouler délicatement vers le bas.
  • Si le préservatif se coince à nouveau, c’est qu’il est légèrement trop grand. En effet, les préservatifs sont tous très différents, et il faut en essayer plusieurs avant de trouver « chaussure à son pied ». Dans ce cas, jetez le préservatif et prenez en un autre.
  • Si cela recommence, n’insistez pas, et dites le à votre partenaire. Ce n’est rien et il comprendra.
  • Ce cas devient de plus en plus rare, car les  fabricants ont faits beaucoup d’effort de fabrication pour faciliter le déroulement du préservatif.

Pendant les rapports sexuels:

  • Vérifiez que le préservatif reste en place! Cela à l’air idiot, mais ça arrive plus souvent que vous ne le croyez. Les personnes un peu trop prétentieuses quant la taille de leur sexe, un préservatif mal adapté à la pratique sexuelle, une sécheresse vaginale, etc…, font que dans certains cas le préservatif peut ne pas rester en place. Dans ce cas là, se retirer du partenaire, et retendre le préservatif sur le sexe avec une main.
  • Vous sentez que votre rapport n’est pas aussi fluide qu’au départ, ou que cela « coince »? Surtout n’insistez pas, arrêtez vous quelques secondes et mettez donc un peu de lubrifiant sur le préservatif, appliquez le délicatement sur la tête et le corps du préservatif, et reprenez vos rapports sexuels. Si cela ne suffit pas, appliquez du lubrifiant sur les orifices de votre partenaire. Au besoin, changez de modèle de préservatif.
  • Ne JAMAIS forcer une pénétration; vous pouvez créer des séquelles physiques à votre partenaire, déchirer votre préservatif, vous faire mal, etc… Utilisez du lubrifiant et tout cela se passera mieux… Attention dans certain cas, il peut s’agir de vaginisme (impossibilité à la pénétration chez la femme). Consultez alors votre médecin traitant ou un sexologue.
  • Trop ou pas assez lubrifié(e)? Utilisez toujours un peu plus de lubrifiant, si vous n’êtes pas sûr.
  • Adeptes de la sodomie, pensez à votre partenaire : utilisez un lubrifiant « spécial sodomie ». En effet ces gels lubrifiants ont une viscosité beaucoup plus forte que les autres modèles. Il existe l’Aquaglide Anal, le Bioglide Anal et l’Anal gel de Lubrix. L’intimy n’est pas mal non plus. Dans tous les cas, ne soyez pas « radin » sur la dose : plus cela glisse et mieux c’est pour tout le monde : Cette viscosité est précieuse pour des pénétrations délicates et la qualité de vos rapports sexuels en sera grandement améliorée.

Tout à pété? Avant tout, pas de panique.

Il faut savoir déjà à quelle période on eu lieu ces rapports dans le cycle menstruel de la femme.
Sachez d’abord qu’un cycle menstruel débute le premier jour des règles et se termine le premier jour des règles suivantes. Le cycle menstruel ne correspond donc pas à la seule période des règles, contrairement à ce que pensent certaines femmes !

Le cycle menstruel se divise en deux périodes : la période pré-ovulatoire dont la durée peut être très variable et la période post ovulatoire qui, contrairement à la précédente, ne peut dépasser 14 jours (sauf grossesse).

La durée statistique moyenne du cycle menstruel de la femme est de 28 jours, mais certaines femmes ont des cycles plus courts, et d’autres des cycles plus longs, pouvant aller jusqu’à plusieurs mois. Tout contexte émotionnel peut, en effet, perturber la durée habituelle du cycle d’une femme.
Cette variabilité de durée du cycle se fait au dépend de la période pré-ovulatoire, et non post ovulatoire. Cette notion est très importante pour comprendre les risques de grossesse chez une femme qui n’utilise pas la pilule, ou qui a des rapports sans préservatif.

La durée de vie des spermatozoïdes est de l’ordre de 5 à 6 jours et celle de l’ovule de 24 à 48 heures.

Tout rapport sexuel non protégé, survenant durant les 5 à 6 jours avant l’ovulation, est donc risqué (du fait de la durée de vie des spermatozoïdes), ainsi que durant les deux jours qui suivent l’ovulation, puisque la durée de vie de l’ovule peut être de 48 heures. Par contre un rapport sexuel survenant, soit plus de 6 jours avant l’ovulation soit plus de 2 jours après l’ovulation, ne serait, en principe, pas risqué.

Le gros problème est qu’une femme ne sait jamais quand aura lieu son ovulation car, comme il est dit plus haut,  un contexte émotionnel peut retarder la date de l’ovulation !! Donc le risque de grossesse existe, quel que soit la date du cycle, même si le rapport sexuel non protégé a lieu juste avant la date présumée des règles ou juste en fin de règles.

Source: Sexoconseil

Consultez alors votre médecin traitant, ou votre gynécologue, qui vous aidera. (Petit rappel pour ceux qui ne le savent pas : le médecin et le gynécologue, sont tenus au secret médical. Cela signifie que, quelque soit les traitements, les actions ou simplement ce que vous leur dirait, cela restera TOUJOURS confidentiel.)

Dernier détail : si le préservatif s’est déchiré, pensez à retrouver tous les morceaux ! S’il en manque un, consultez votre gynécologue en urgence (rien de grave), et demandez lui d’extraire le bout du préservatif qui manque.

Après les rapports sexuels:

Une fois que vous avez repris vos esprits, avec une main tenez le bout du préservatif, et avec l’autre accompagnez la base du préservatif pour l’enlever de votre sexe en exerçant une légère pression pour que les spermatozoïdes ne s’échappent pas. Une fois cette action réalisée, mettez la tête du préservatif vers le bas, et faites un noeud entre vos doigts à la base de celui-ci. Et jetez-le à la poubelle et non dans les toilettes. Une délicate attention est de l’enrober dans un essuie-tout ou un mouchoir en papier, et de jeter le tout. Le ou la propriétaire de la poubelle appréciera. La vue d’un préservatif usagé peut gêner certaine personne…

Vous voulez remettre ça avec votre partenaire, remettez un préservatif !

Vous n’avez plus de préservatifs? Allez boire un coup, faites une partie de Poursuite Triviale (!), allez au cinéma ou faites de la poterie ! Sérieusement, il vaut mieux vous abstenir pour vous protéger si vous n’en avez plus, la passion saura attendre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.