Prévention (1) – Protect yourself!

Prévention (1) – Protect yourself!

Voici 9 questions essentielles auxquelles Gay Graffiti nous tenterons de répondre :

ENTRE SÉROPOS, FAUT-IL SE PROTÉGER?

Le préservatif ne protège pas seulement du sida, il vous préserve aussi des autres infections sexuellement transmissibles (lST), comme la syphilis, qui ne font pas vraiment bon ménage avec le VIH. Par ailleurs, votre partenaire séropositif peut être porteur d’un virus plus résistant que le vôtre. Les études ont montré que ces résistances pouvaient se transmettre. Même si cela semble a priori moins évident, la capote entre séropos est donc nécessaire.

MA CHARGE VIRALE EST INDÉTECTABLE. SUIS-JE ENCORE CONTAMINANT ?

La charge virale a beau être en dessous du seuil de détection dans votre sang, le virus demeure présent dans votre organisme. Les risques de contamination existent toujours, la charge virale sanguine n’est pas corrélée avec la charge virale spermatique.

DOIS-JE DIRE À MA OU MON PARTENAIRE QUE JE SUIS SÉROPOSITIF ?

Dire que l’on est séropositif à un partenaire sexuel d’une nuit ou d’une vie, c’est toujours, en 2006, s’exposer à être rejeté. Si rien ne vous oblige à faire part de votre séropositivité, le faire peut, en revanche, vous aider tous les deux à être mieux conscients des risques. Et puis votre partenaire est peut-être séropositif aussi.

DOIS-JE METTRE UNE CAPOTE POUR SUCER ?

Le risque de transmettre le VIH par une fellation est faible, mais il existe. En particulier lorsqu’on se trouve en présence d’une IST, comme la syphilis, la blennorragie ou les gonorrhées. Celles-ci se transmettent très facilement par des rapports bucco-génitaux. Le meilleur moyen de s’en protéger, c’est de mettre un préservatif pour la fellation.

ET SI MON PARTENAIRE REFUSE DE METTRE UNE CAPOTE ?

Si vous êtes une femme, vous pouvez toujours utiliser un préservatif féminin (Fémidon). Si vous n’en avez pas à disposition, rappelez-vous ce slogan « no capote, no way »: pas de capote, pas de sexe. Même tarif, si vous êtes un homme. La capote ne doit pas être négociable.

QUE FAIRE EN CAS D’ALLERGIE AU LATEX ?

Il existe des préservatifs masculins en polyuréthane, moins gênants que ceux en latex, mais beaucoup plus chers. Les préservatifs féminins (Fémidon), sont également composés de cette matière. Demandez conseil à votre pharmacien. On en trouve à prix raisonnable sur le site « Le Roi de la Capote » où le paiemant est sécurisé.

L’USAGE DE SUBSTANCES PSYCHOACTIVES INFLUE-T-IL SUR LA PRISE DE RISQUE ?

Des études ont mis en évidence le fait que le crystal ou le GHB peuvent nuire à la volonté de se protéger. L’alcool, le cannabis, l’ecstasy, la cocaïne ou l’héroïne peuvent rendre moins attentif aux impératifs de prévention. Ceci étant, l’usage de substances psychoactives ne doit pas être considéré comme une excuse pour ne pas mettre de préservatif.

LES PRATIQUES HARD SONT ELLES CONTAMINANTES ?

L’hépatite B se transmet par les relations sexuelles non protégées et le sang. L’hépatite C se transmet par le sang. Les pratiques hard violentes peuvent donc être à risque. Pour les adeptes du fist-fucking, attention à la lymphogranulomatose vénérienne (LGV). Cette maladie qui peut avoir des conséquences graves a été observée chez des dizaines de gays qui se livraient à cette pratique. Attention aussi à l’hépatite C, qui peut se transmettre lors de rapports sexuels traumatisants.

JE SUIS CO-INFECTÉ, DOIS-JE PRENDRE DES PRÉCAUTIONS SUPPLÉMENTAIRES ?

L ‘hépatite B se transmet par voie sexuelle et par le sang, alors que l’hépatite C se transmet surtout par le sang (mais des cas de transmission sexuelle existent). Pour se protéger de la première, il faut utiliser des préservatifs, et dans les deux cas il faut éviter les pénétrations vaginales ou anales trop violentes et les pratiques où l’on se retrouve en présence de sang (pratiques hard ou rapport sexuel pendant les règles). De plus, la prise d’un stimulant sexuel comme le Viagra est déconseillée.
——————————————————————————–

 

En savoir + : 

Sida Info Service: 0 800 840 800, 7j/7, 24h/24.

Toutes les adresses des centres de dépistage et des brochures d’info sont disponibles sur www.sida-info-service.org

Les modes d’emploi des préservatifs féminins et masculins sont à télécharger sur www.inpes.sante.fr

Le dépliant «VIH/sida: et si j’ai pris un risque ? Le traitement d’urgence», est disponible sur www.aides.org

Également disponible dans les comités Aides,la brochure intitulée «Ha rd safer se» » sur les risques des pratiques hard et sado-maso entre hommes.

Les commentaires sont clos.