Fidelity or not fidelity ? That is the question

Fidelity or not fidelity ? That is the question

31 juillet 2013 Non Par La rédaction

Être fidèle quand on est gay, est-ce possible ?

Ça revient à poser cette question : est-il possible pour un hétéro d’être fidèle à la personne avec laquelle il se marie en lui jurant d’être fidèle et de rester avec elle pour le meilleur comme pour le pire.

Mais au fait que dit le maire avant de vous demander les consentements mutuels ?

Article 212 : Les époux se doivent mutuellement respect, fidélité, secours, assistance.

Article 213 : Les Ă©poux assurent ensemble la direction morale et matĂ©rielle de la famille. Ils pourvoient Ă  l’Ă©ducation des enfants et prĂ©parent leur avenir.

Article 214 : Si les conventions matrimoniales ne règlent pas la contribution des époux aux charges du mariage, ils y contribuent à proportion de leurs facultés respectives.
Si l’un des Ă©poux ne remplit pas ses obligations, il peut y ĂŞtre contraint par l’autre dans les formes prĂ©vues au code de procĂ©dure civile.

Article 215 : Les Ă©poux s’obligent mutuellement Ă  une communautĂ© de vie.
La rĂ©sidence de la famille est au lieu qu’ils choisissent d’un commun accord.
Les Ă©poux ne peuvent l’un sans l’autre disposer des droits par lesquels est assurĂ© le logement de la famille, ni des meubles meublants dont il est garni. Celui des deux qui n’a pas donnĂ© son consentement Ă  l’acte peut en demander l’annulation : l’action en nullitĂ© lui est ouverte dans l’annĂ©e Ă  partir du jour oĂą il a eu connaissance de l’acte, sans pouvoir jamais ĂŞtre intentĂ©e plus d’un an après que le rĂ©gime matrimonial s’est dissous.

Les époux se doivent mutuellement respect, fidélité, secours, assistance.

Est-ce qu’une personne dite « en couple » peut être mal jugée parce qu’elle « va voir ailleurs » comme on dit ? Si on répond oui c’est aller un peu vite en besogne si on oublie certains paramètres qui ont conduit cette personne à se conduire ainsi. Les tentations sont fortes et les occasions fréquentes pour ne pas trébucher, voir tomber, devant elles. Ceux qui y arrivent ont du mérite certes mais, qui nous dit qu’elles ne finiront pas par céder, au moins une fois ? Et si tel est le cas, comment les juger ? Qui leur jettera la première pierre ? Pas moi en tout cas…

Mais examinons quelques cas de figures concrets pour illustrer nos propos.


CaĂŻn (Cas  1)

A et B s’aiment passionnément mais A et B habitent chacun dans une ville séparée l’une de l’autre de 100kms au minimum. Seuls les samedis et les dimanches leur donnent l’occasion de se réunir enfin (ce que nous appelons des amours de week-end.

• Pour A, les choses sont bien ainsi et il est toujours heureux de voir B quand la semaine prend fin.

• En revanche, pour B, le sexe est très important et ses besoins plus grands.

Au début tout roule, B fait fi de ses grandes envies de sexe mais le temps aidant effrite sa patience. Avec le temps (plus ou moins long), B fini par aller voir ailleurs durant la semaine pour combler son manque et ses frustrations. B est-il un infidèle, un sale gosse qui trompe effrontément son partenaire ?


Cas 2

A et B s’aiment passionnément mais

• B est plutôt du genre coincé en matière de sexe.

• A a bien essayé de parler avec B mais B considère que certaines choses sont trop lubrique, trop perverses pour lui. Pour B le sexe doit rester dans l’ultra classique, ne se pratiquer que dans le noir complet et prohiber certaines pratiques de bases pourtant courantes chez la plupart des couples.

A, qui aime sincèrement B patiente, parlemente, mais fini par perdre patience et à trouver ailleurs la compensation à son manque ainsi provoqué pas B. A est-il à blâmer ?


Cas 3

A et B s’aiment passionnément mais

• A est actif/passif

• et B seulement actif.

A donne entière satisfaction à B mais B, même après avoir fait des efforts incommensurables ne se résout pas à devenir passif pour son partenaire. Après moult échanges entre A et B les choses ne changent pas : A se voit frustré. Il ne cherche pas à aller ailleurs mais quand l’occasion se présente, il tombe ! Doit-on en vouloir à A ?


Cas  4

A et B s’aiment passionnément et sont restés fidèles mais les mois, les années ont passés. Avec eux leurs envies de sexes l’un pour l’autre. Petit à petit chacun se prend à se retourner sur d’autres personnes sur les trottoirs, dans les transports, au boulot … La tentation est grande certes mais ils résistent… Jusqu’à quand ?

• Et quand l’un, B par exemple, d’eux fini par tomber doit-on lui jeter la pierre ?

• Si nous admettons que B tombe le premier, doit-il en parler à A au risque de lui faire du mal ?

• Et s’il lui en parle, A doit-il penser qu’ainsi, puisque la porte a été ouverte par B, A a désormais tous les droits pour tromper B qui l’a bien cherché finalement ?


Cas 5

Peut-être le plus épineux et sans doute le plus courant (je puis me tromper). A et B s’aiment passionnément et tout se passe bien entre eux.

• Mais un jour A rencontre de façon fortuite C (dans une grande surface, dans un transport, au bureau, chez des amis communs, chez un prestataire de sa société, ou ailleurs…). C possède un certain charisme qui sème le trouble chez A

• C qui est lui-même attiré par A s’en rend compte et fini par lui faire des avances.

A trouve en C des choses que ne possède pas B (un autre physique (viril avec présence de poils sur les bras et la poitrine par exemple) ou une allure différente ou un humour débordant qui fait rire A ou un côté très câlins et sensuel que n’a pas B ou que sais-je d’autre encore. Devant les avances effectives de C, A fini par tomber sans savoir comment il en est arrivé là. A est-il fautif ? Si oui de quoi ?


Cassis (cas 6)

Que vous pourriez nous décrire ci-dessous dans l’espace qui vous est réservé en fin de cette page qui est finalement la vôtre. Expliquez-nous pourquoi vous êtes finalement tombé. Qu’est-ce qui vous a rendu infidèle, comment et pourquoi ?


En conclusion

• Qu’est-ce la fidélité.

• Quel est son concept et comment le respecter ?

• Est-ce une notion essentiellement rattachée à un concept hétéro-judéo-chrétien qui voulait, par le passé, qu’en étant fidèle on préservait le patrimoine terrien (ou autre) au sein de la cellule familiale ne prenant ainsi aucun risque de voir celui-ci morcelé et cédé ainsi à des « bâtards » ? Au passage notons que les curés pouvaient se marier mais l’Eglise en a décidé autrement pour préserver ainsi, sur le principe que nous venons de décrire, son patrimoine terrien et autres richesses qui restaient ainsi la propriété du Vatican.

• Si on parle de fidélité, on se doit de s’interroger sur la nature humaine. Quelle est-elle ?

• Est-il possible d’aimer plus d’une personne à la fois (Jules et Jim) ?

• L’amour est-il exclusif ?

Je n’ai pas de réponse à ces questions tant que je ne répondrai pas correctement et objectivement à la question « qu’est-ce que la nature humaine ? ». La race humaine est faite de tant de diversité qu’il serait complètement utopique, contre toute attente, de vouloir la faire rentrer dans une seule et unique case. Le monde a changé doucement et certains concepts ont « oublié » d’évoluer avec lui. Le monde continue d’évoluer, parfois tellement vite que lorsqu’on s’en rend compte, c’est aussi pour se rendre compte qu’on est descendu du train en marche et qu’on est sur un quai de gare sans comprendre comment on en est arrivés là.

NIETZSCHE disait : « L’amour pardonne jusqu’au dĂ©sir de l’ĂŞtre aimé ».

Pour finir ces liens vers un ouvrage très intéressant sur le sujet que nous vous conseillons vivement de lire si ce sujet pour passionne :

Lien n°1

lien n°2