TRISTEZA de Laure Charpentier

tristezaaux éditions Grancher dans la collection « arc-en-ciel » –

Décidément, c’est une fatalité : ma meilleure amie est lesbienne, mon mari est homo, et le seul homme qui m’ait attirée depuis des décénnies était pédé !… Ainsi parle Irina, 50 ans, écrivain à la dérive, délaissée par son mari (dont elle a apprit l’homosexualité dans des circonstances peu banale) et surnommée Triteza par son amie Pauline. Car le soir de son anniversaire, elle rencontre par hasard (mais est-ce vraiment un hasard ?) un mystérieux Monsieur Niels, écrivain engagé et sosie d’Oscar Wilde, qui va l’inciter à soulever le rideau de la normalité pour aller voir ailleurs …. quitte à n’en jamais revenir.

Combien de femmes on vécu une histoire similaire ? Combien seront-elles encore à vivre une telle expérience avant que la société accepte sans réserve qu’un homme puisse en aimer un autre, le libérant ainsi du mensonge/camouflage et de l’hypocrisie qui le contraint à utiliser une femme-paravent pour acquérir une vie sociale normale ??? Combien de ces femmes viront-elles encore ces amours si parfaites, trop parfaites pour être vraies ? Comment s’étonner de voir une femme s’éprendre d’un homme d’une grande sensibilité qui n’a rien d’une sensiblerie ridicule … Et combien d’hommes, ces « amis d’Oscar », souffrent et souffriront d’avoir été lâches un jour ?

Ecrit avec beaucoup de pudeur et d’intelligence, Tristeza est une ode à la « femme à pédé », à ces femmes inaccessibles pour des hommes qui les aimeront, profondément certes, mais pas comme elles le souhaiteraient.

Laure Charpentier est l’auteur d’une quinzaine d’ouvrages (que je n’ai pas eu l’occasion de lire) dont « toute honte bue » (chez Denoël) et « Gigola » (publié en 1972 chez J.J. PAUVERT). Ce dernier, trop sulfureux pour l’époque, fut censuré à la parution mais réédité 30 ans plus tard par les éditions Fayard, et adapté pour le cinéma : un film long métrage, intitulé « GIGOLA » , tourné en deux langues Anglais/français, produit par Denise PETITDIDIER (Marie-Amélie Productions), co-produit avec l’Angleterre, la Belgique et le Portugal et réalisé par Josée DAYAN, avec Asia ARGENTO dans le rôle de GIGOLA … Le tournage est prévu en Juillet/Août 2006. Par ailleurs, depuis 4 ans à la direction de « Marie-Amélie Productions » .( Cinéma, Théâtre et TV )

TRISTEZA, pour les éditions Grancher, donna le coup d’envoi d’une collection « arc en ciel », réservée aux ouvrages traitant de l’homosexualité.

Souhaitons que cet éditeur ne s’arrête pas en si bon chemin ! Si j’en crois les deux romans que je viens de lire (l’autre étant celui de Matteo B.Bianchi « Generations in love », cette collection est prometteuse !
« TRISTEZA » de Laure Charpentier aux éditions Grancher – dans la collection « arc-en-ciel » –

One Reply to “TRISTEZA de Laure Charpentier”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.