Pour avoir dit que « L’homosexualité est une abomination » : Christine Boutin est condamnée à 5000 euros d’amende

La présidente du Parti chrétien-démocrate (PCD, parti associé à l'UMP) Christine Boutin (C) écoute, le 30 juin 2011, les explication d'un chercheur à l'institut de recherche en thérapie cellulaire à Saint-Priest pour son premier déplacement de campagne. Christine Boutin a placé cette visite sous le signe du refus de toute recherche sur l'embryon, en se rendant dans ce laboratoire, proche de Lyon, qui privilégie les travaux sur les cellules souches adultes.  AFP PHOTO PHILIPPE MERLE

JUSTICE – Pour avoir déclaré que « l’homosexualité est une abomination », Christine Boutin a été condamnée ce vendredi 18 décembre 2015 à 5000 euros d’amende pour provocation à la haine, par le tribunal correctionnel de Paris. Elle a indiqué son intention de faire appel.

Christine Boutin avait déclaré en avril 2014 : « l’homosexualité est une abomination ».
Bertrand Guay / AFP source : METRONEWS
Christine Boutin comparaissait le 23 octobre devant la 17eme chambre du tribunal correctionnel de Paris. Ce vendredi, elle a été condamnée à 5 000 euros d’amende pour provocation à la haine. Elle doit en outre verser 2 000 euros à chacune des associations Mousse et Le Refuge.
L’ancienne présidente du Parti chrétien démocrate encourait jusqu’à un an d’emprisonnement et 45.000 euros d’amende pour avoir déclaré, en avril 2014 dans le magazine Charles, que « l’homosexualité est une abomination « . A son encontre, l’avocat général avais requis 3 000 euros d’amende, le 23 octobre.
« Des amis homosexuels »
Lors de son procès, elle ne s’était guère résolue à lâcher les excuses en bonne et due forme que les parties civiles – associations inter-LGBT, Mousse et Le Refuge – attendaient. Mais avait préféré, face aux questions de la présidente, insister sur ses « amis et collaborateurs homosexuels » et se présenter comme « une femme directe, en cohérence avec ses convictions profondes ».
Cette condamnation est perçue comme une bonne nouvelle pour les associations. L’inter-LGBT se dit notamment « très satisfaite ». Quant à l’avocat de Mousse, il évoque dans un communiqué « une décision qui fait jurisprudence ». De son côté, SOS Homophobie salue « une condamnation exemplaire ». Sur Twitter, Christine Boutin a annoncé vouloir faire appel de ce jugement. Une annonce par ailleurs confirmée à metronews.
Christine Boutin poursuivie pour avoir dit que l’homosexualité était une « abomination »

c-boutinChristine Boutin poursuivie pour avoir dit que l’homosexualité était une « abomination »

L’inter-LGBT a déposé plainte, vendredi 11 avril à Paris, contre Christine Boutin pour diffamation et incitation à la haine, reprochant à l’ancienne ministre d’avoir qualifié l’homosexualité d’« abomination ».
Pour Nicolas Rividi, porte-parole de l’Inter-LGBT :
« Les propos tenus par Christine Boutin sont inacceptables. (…) Nous attendons de la justice qu’elle ne cautionne pas de tels propos car cela reviendrait à cautionner l’homophobie. (…) C’est quelqu’un qui tient ce genre de propos depuis quinze ans. Elle ne peut pas ignorer sa responsabilité. Qu’elle assume la croisade personnelle qu’elle mène contre les homosexuels. »
« L’EXPRESSION D’UNE HAINE »
Dans une longue interview au magazine Charles, sorti début avril, l’ancienne présidente du Parti chrétien-démocrate (PCD) affirme que « l’homosexualité est une abomination. Mais pas la personne. Le péché n’est jamais acceptable, mais le pécheur est toujours pardonné ».
Dans un communiqué adressé vendredi à l’AFP, Mme Boutin « admet que le mot ‘abomination’, sorti de son contexte originel et du texte complet prononcé dans lequel il se trouvait, ait été un propos maladroit ».
« Je n’ai proféré aucune attaque personnelle et regrette que le sens de mon propos ait pu être mal compris, voire blesser. Il n’y avait là aucune intention de porter atteinte à quiconque », poursuit l’ancienne ministre.
Le président de l’UMP, Jean-François Copé, avait jugé ces propos « insupportables, inacceptables, impardonnables » alors que le PS y avait vu « l’expression d’une haine qui n’a pas sa place dans la vie politique ».
L’ancienne présidente du Parti chrétien démocrate encourait jusqu’à un an d’emprisonnement et 45 000 euros d’amende. A son encontre, l’avocat général avait requis 3000 euros d’amende, le 23 octobre.Pour avoir déclaré, en avril 2014 dans le magazine Charles, que « l’homosexualité est une abomination », Christine Boutin, ancienne présidente du Parti chrétien démocrate, a été condamnée ce vendredi à 5000 euros pour provocation à la haine.

Elle devra aussi verser 4000 euros aux associations Mousse et Le Refuge. Le parquet avait reçu plus de 500 plaintes après les déclarations de l’ancienne députée des Yvelines

« Saisir la Bible »

 

Lors de son procès, le 23 octobre, Christine Boutin avait refusé de présenter ses excuses. Son avocat, plaidant la relaxe, estimait que sa cliente était jugée pour « une opinion ». « Votre décision aura des conséquences énormes sur la liberté d’expression avait-il argumenté pour défendre sa cliente devant ses juges. Si vous suivez les réquisitions du procureur, alors il faut saisir la Bible! ». Raté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *