L’homosexualité initiatique dans l’Europe Ancienne de Bernard Sergent

livre_homosexualite_initiatiqueL’homosexualité initiatique dans l’Europe Ancienne – Bernard Sergent –

L’ouvrage recense les témoignages anciens qui montrent que dans l’Europe antique, non seulement l’homosexualité était une pratique très répandue, tout au moins dans les milieux masculins, chez plusieurs peuples (Grecs bien sûr, mais aussi Celtes, Latins, Germains, Thraces, Macédoniens, et, jusqu’à une époque récente, Albanais), mais que cette généralité s’inscrit, trouve son origine, a sa base idéologique, dans une problématique pédagogique. C’est ce que révèlent, abondamment, la mythologie, la philosophie, la poésie, la sociologie grecques, et que confirment des données, malheureusement mais logiquement beaucoup plus lacunaires car concernant des peuples sans écriture, sur les Celtes, les Germains, les Macédoniens, les Albanais. Le lien entre pédérastie (et, exceptionnellement, lesbianisme) et éducation est de nature initiatique : avant les épreuves qui font passer un adolescent ou un jeune au statut d’adulte, sa sujétion au maître et sa différence se marquent dans sa féminisation, c’est-à-dire sa réduction à un rôle sexuel passif. L’homologie des formes sociales ainsi repérées chez un groupe de peuples de langues apparentées, et l’originalité de ces formes par rapport aux autres lieux où s’atteste une homosexualité initiatique, amènent l’hypothèse qu’il s’agit ici d’une antique pratique commune aux cultures indo-européennes primitives. Les faits indo-iraniens indiquent cependant que si tel a été le cas, une répression, exprimant l’opposition entre – morale des guerriers – et – morale des prêtres -, a précocement agi sur certaines d’entre elles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.