Le grand vizir de la nuit de Catherine HERMARY-VIEILLE

grandvizirLe grand vizir de la nuit de Catherine HERMARY-VIEILLE de chez Gallimard.

– Pourquoi m’aimes-tu Ahmed ? Nos chemins ont étés si différents depuis notre jeunesse. Nous avons trente-cinq ans et jamais je n’ai vu quelqu’un d’autre que moi à tes côtés, ni femme, ni homme, pourquoi ?

J’attendais cette question depuis longtemps à quoi bon se taire, voilà des années que j’en savais la réponse.
« Seigneur, chaque homme possède en lui dès la naissance un capital d’aspirations et de rêves, toute sa vie il cherchera à le répandre, à le donner pour se recevoir lui-même en échange, se rebâtir peu à peu jusqu’à ce que l’édifice tienne et que l’heure de mourir soit venue. Tu t’es cherché dans tes concubines, dans Harun et maintenant dans Abassa, ton image se complète morceau par morceau, chacun étant une petite partie de toi-même. Moi j’ai tout trouvé à un seul moment, celui où j’ai su que je t’aimais ; j’étais recréé, complet, prêt à mourir. Dieu m’a donné cette faveur, ne pas Grand_Vizirêtre errant, ne pas implorer, ne pas regretter. Je ne suis rien et je suis tout, une sphère parfaitement ronde, un monde clos, une orange d’Or dont tu es la moitié. Rien ne peut me compléter, rien ne peux me finir, je suis, et c’est bien ainsi. Ma seule exigence, mon seul désir est que tu tiennes ce globe entre tes mains, que tu le réchauffes et que tu y reflètes ton visage. »

 

Ce roman m’a inspiré un dessin (encre de chine et encres aquarelles sur canson), celui ci-contre. Il est légendé avec un des passage de ce livre :

« Si peu de jours et tant de choses à dire encore, tant de souvenirs et d’oublis à extraire de moi-même avant d’accoucher de ma propre mort. Faire place nette pour n’être plus rien.« 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.