• Aimer …

    Aimer … Pourquoi ce mot est-il toujours accompagné de souffrance ? Aimer quand on a dépassé la cinquantaine c’est se fourrer dans de sales draps. Pourquoi, à plus de cinquante ans, ce sentiment est-il capable du meilleur comme du pire ? Il ne suffit pas d’aimer quelqu’un pour être aux anges. Aimer, c’est s’ouvrir aux coups bas de la vie. Aimer, c’est s’exposer aux pires blessures. Aimer, c’est choisir de voir son âme, son cœur et sa vie mourir un peu. On ne choisit pas d’aimer quelqu’un, pas plus qu’on ne choisit pas de ne plus l’aimer. Ça vous tombe dessus sans que vous n’y prêtiez attention. L’amour ne sert…

  • Quand la famille s’en mêle

    Ah la famille… Quand on est gay et seul, parfois ça coince avec elle mais quand on rencontre l’âme sœur, là, ça se gâte un tantinet voir même vos relations avec la famille peuvent tourner aux conflits voir la guerre… Certains nous diront « on s’en fout de la famille ! Rien à foutre de ce qu’elle pense et je vis ma vie comme je l’entends, avec qui je l’entends ». Et puis on choisi ses amis pas sa famille dit-on… quoi que parfois, les amis (qu’on croyait être de vrais amis) peuvent foutre un merdier sans nom dans votre existence au point que là, votre vie peut aller jusqu’à ressembler carrément…

  • La vie est un long fleuve tranquille

    La vie est décidément une drôle de fille : sourde-dingue à nos souhaits, elle a pour compagnon le hasard !!! A ce propos, on se demande ce qu’ils fécottent ensemble ces deux-là ! Au vu de ce qu’ils font de nos vies, c’est sûr, ils ne font pas qu’enfiler des perles quand ils sont ensemble. Enfin, c’est ce qui se dit …. Bref, trop occupés à s’amuser ensemble ils ne sont plus concentrés à leur tâches et parfois font de ces conneries ! incroyable ! Ce serait marrant si ce n’était aussi fréquent et nul… On va y revenir … On souhaite tous être heureux. Dans la vie on ne…

  • Irréductiblement Célibataire

    A l’heure où le mariage gay alimente les débats en tout genre dans les salons intellectuels gay parisiens, au sien des associations LGBT, à le happy hour des bars gay, il en est parmi nous qui s’insurgent contre cette institution concédée par la République à l’Eglise de Rome. Se marier ? Pourquoi faire ? Quelle idée de « singer » les hétéros ? Pour se protéger ? De qui finalement quand on est foncièrement dans l’âme pour conserver sa liberté au travers d’un célibat qui nous rassure ? Je vais être très clair et direct (je ne sais pas faire autrement) ! Et ce, même au risque d’en choquer quelques-uns…

  • Fidelity or not fidelity ? That is the question

    Être fidèle quand on est gay, est-ce possible ? Ça revient à poser cette question : est-il possible pour un hétéro d’être fidèle à la personne avec laquelle il se marie en lui jurant d’être fidèle et de rester avec elle pour le meilleur comme pour le pire. Est-ce qu’une personne dite « en couple » peut être mal jugée parce qu’elle « va voir ailleurs » comme on dit ? Si on répond oui c’est aller un peu vite en besogne si on oublie certains paramètres qui ont conduit cette personne à se conduire ainsi. Les tentations sont fortes et les occasions fréquentes pour ne pas trébucher, voir tomber, devant…

  • LE MARIAGE GAY : a-t’il du sens aujourd’hui ?

    2013. Le débat sur le mariage gay fait rage en France. Les propos des opposants sont féroces. Parfois ils frisent l’odieux, l’inacceptable. Ces gens font preuves d’une telle intolérance qu’on se demande parfois ce qui les rattache au genre humain. Sont-ils capable d’aimer leur prochain ? Leur monde égocentrique est tellement fermé qu’ils sont incapable de voir l’humanité dans toute sa diversité faite de couleurs de peaux, de grand de petits, de blonds de brun de roux, de valides d’invalides, les maigres d’obèses, d’hétérosexuels de bisexuels d’homosexuels, d’intellectuels de manuels, d’égoïstes de bon Samaritains, d’individualiste de bénévoles associatifs, etc … Le monde est ce qu’il est et vouloir le réduire…

  • Elif shafak « Soufi mon amour »

    Vous est-il déjà arrivé de recevoir en cadeau un roman,  comme ça, pour aucun événement particulier, juste parce que celui ou celle qui vous l’a offert l’as tellement aimé qu’il/elle a voulu le partager avec vous ? Il y a peu, c’est ce qui m’est arrivé d’un ami très, très cher de Prague. Un jour qu’il venait me visiter, il est arrivé avec dans ses mains ce prodigieux cadeau qui, je ne le savais pas encore, allait changer quelque chose en moi. Après sa lecture je ne serai plus tout à fait le même. Je verrai certaines choses différemment à commencer par ma vie…. Mais revenons à ce roman. C’est l’histoire…

  • Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque. A te regarder, ils s’habitueront. ».

    Depuis le début de l’année 2011, la RATP nous présente ses vœux avec une citation philosophique de René Char : « Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque. A te regarder, ils s’habitueront. ».   Voici une phrase qu’on peut lire sur bon nombre d’affiches dans le Métropolitain parisien et qui a détourné un peu notre attention du « 20 minutes », du « Metro » ou du « Direct matin » encore froids et humides d’être restés trop longtemps à l’entrée de la bouche de métro et que nous nous apprêtions à lire bêtement comme des dizaines de personnes comme nous dans la même rame. Cette citation philosophique est extraite de « Les Matinaux »…

  • La vie en couple

    Envisager une vie de couple c’est comme préparer un voyage à l’étranger avec son partenaire. La première des évidences est d’être certains que les deux ont envie d’aller au même endroit ! Partir pour le même pays, y visiter les mêmes villes. Ensuite, au sein de ces villes s’assurer que l’on ait envie d’y voir les mêmes choses serait un gros plus mais on peut aussi avoir envie de visiter des choses différentes. Là c’est bien de s’assurer que l’autre est partant pour ça sinon s’organiser pour que pendant que l’un visite un musée, l’autre ait le loisirs d’en visiter un autre…   Si on reprend point par point cette exemple…

  • Les cahiers de Francis POULENC

    Cahier n°1 – Septembre 2008 – Préface de George prêtre Edité par l’Association Francis Poulenc Le saviez-vous ? Le compositeur contemporain Francis Poulen était homosexuel. Lorsqu’il prend conscience de son homosexualité, il a le reflexe « banal » de refouler et de chercher à se marier ! Nous sommes dans les années 20. Mais avant de sauter le pas, il fini par céder à ses penchants et accepter sa nature… En 1929 Francis Poulenc rencontre le peintre Richard Chanlaire. « Mon bien aimé, je me blottis dans tes bras, la tête contre ton coeur, garde-moi là longtemps. Que la mort puisse m’arracher d’un berceau si doux. » peut-on lire dans l’un de ses échanges…