La France m’insulte ! La France m’humilie ! La France m’assassine ! Les français sont et seront responsables de leurs actes !
C'est vous qui le dîtes / 19 mai 2013

Pourquoi tant de haine ? A Gay Graffiti nous avons reçu cette lettre (longue lettre qui pourrait décourager ceux pour qui la lecture fait pousser une vague d’urticaire !). Mais elle vaut la peine d’être lue jusqu’au bout. Elle apporte la lumière à tous ceux et celles qui actuellement sont humiliés, bafoués, terrassés dans leurs dignité d’Hommes et de Femmes homosexuelles. Nous la publions, in extenso, afin de répondre, nous aussi, à toute cette haine déversée par de bons français, bien pensants, donneurs de leçons, pour qui, la société dans son ensemble n’a d’image que celle qu’ils voient de leurs étroites fenêtres. Ne juger les autres que par soi-même. Vouloir une société à l’image de leurs aspirations occultant ainsi, ce qui fait l’Homme, l’être humain dans sa diversité et son Histoire au travers de toutes les civilisations, anciennes, actuelles, et à venir. On sait où mène l’obscurantisme : Le fanatisme et l’étroitesse d’esprit ont mené et mènent encore à la dictature et au génocides. Le monde n’est pas fait de 0 ou de 1, ni de blanc ou de noir, de portes fermées ou ouvertes. Il existe, pour rappel, des portes entre ouvertes, tout un nuancé de gris et d’autres…

Homophobie : Le combat continue
HOMOPHOBIE / 17 mai 2013

Homophobie : Le combat continue (communiqué de ENERGAY) ENERGAY s’associe à la 9ème journée internationale contre l’homophobie Huit ans après sa création en 2005, cette journée symbolisant la lutte contre tout acte à caractère homophobe est malheureusement toujours criante d’actualité. Les événements survenus ces dernières semaines dans le contexte parlementaire autour du mariage pour tous sont là pour le rappeler : agression sauvage d’un couple homosexuel à Paris, intimidations d’élus de la République (le député Erwann Binet, la sénatrice Chantal Jouanno pour ne citer qu’eux), débordements homophobes de manifestations, etc. Cette recrudescence des actes homophobes (+30% par rapport à l’an dernier[1]) n’est que le symptôme d’une société malade de son intolérance, sentiment renforcé par la crise économique qui frappe le pays. Et le monde du travail n’est pas épargné par ce fléau. Même s’il est très difficile d’avoir des statistiques fiables, les discriminations à caractère homophobe sont encore bien présentes. La dernière grande étude publiée en 2008 par le CNRS et l’Université de Grenoble II à la demande de la Halde, précise que 66% de salarié(e)s homosexuel(les)s n’ont pas dévoilé leur orientation sexuelle par peur de représailles homophobes. Bien sûr, dans la grande majorité des cas, ce climat ne se…

Tapettes Géantes
C'est vous qui le dîtes / 16 mai 2013

  La « tapettes géante » dessin ci-contre de Mélanie (10 ans au moment de l’envoi) Nous vous remercions tous pour vos encouragements, que vous soyez homos ou hétéros. En effet, depuis décembre 2001, cette émission vit grâce à votre fidélité et votre chaleur. Depuis tout ce temps, vous avez contribué à faire de cette émission ce qu’elle est devenue aujourd’hui. Sa notoriété transpire au-delà des frontières de l’Aube et beaucoup nous l’envient :o) Voir (Presse) Mais plus que tout, vous nous avez souvent étonnés en nous fredonnant (quand c’est pas la en chantant à tue-tête en boîte) cette bande annonce de l’émission (La Tapette Géante) qui perdure sur LATITUDE depuis les débuts de Gay Graffiti, nous interdisant par là de la changer ou de la supprimer pour des « jingles » plus « pro »…Si bien qu’aujourd’hui, on nous la demande même pour faire vos dédicaces !!!! Mais ce n’est pas tout : Le croirez-vous ? Même les enfants en sont fans, pour preuve : Mélanie, qui a dix ans et qui nous a envoyé ces deux dessins (en cliquant sur chacun des dessins, vous pouvez les télécharger en grand pour en faire un fond d’écran par exemple). Écoutez le jingle de GAY GRAFFITI en…

Où est-ce Troyes ? En Champagne ? de Lionel Duroi (Gayvox)
C'est vous qui le dîtes / 16 mai 2013

GAYVOX – EDITO du 21.11.05 : Troyes de Lionel DUROI pour Gayvox.com On nous a déjà dit que les Éditos au sens académique ne sont pas pour aborder des sujets particuliers. Ben oui, mais j’fais c’que j’veux. Ça agace plein de gens, sauf mes supérieurs. Et les miens sont trop supra cool. Alors aujourd’hui, je me fends d’un édito spécial champagne avant Noël. Où est-ce Troyes ? En Champagne ? Je ne sais plus. Peu importe. Dans la campagne en tout cas, proche de Paris. Un long week-end là-bas, juste pour le plaisir de revenir ! Parcours d’un combattant du siècle. J’ai chaussé mes après-skis que j’avais troqués contre des escarpins. Je suis parti à la rencontre de l’Éros. J’ai fouillé partout, même entre les vieilles pierres et les colombages. Les maisons penchées ont bien tenté de me séduire, mais elles n’ont contenté ni ma libido, ni mon désir de tête-à-queue. Heureusement, j’avais amené dans mes bagages : Gaieté parisienne de Benoît Duteurtre. Folio N° 3136 ! Plaisant, décontractant et surtout délicieux pour les temps morts. J’ai dû franchir la porte vitrée d’un café (Le Trianon) situé sur la place du marché pour enfin m’entretenir avec un complice entre une…

ESPACE DETENTE (espèce de tante)
HOMOPHOBIE / 5 mai 2013

Selon une supputation Rabelaisienne sujette à controverse par les éthologistes, « le rire est le propre de l’homme ». Certes il ne fait pas bon mariage d’aborder un sujet gay dans des temps où marine la Pen, sinon on vire en eaux de Boutin. Mais sans faire de table rase, abordons mon ami, un sujet très gay, « rit donc » pour nous réserver un espace détente. Je vous avoue, s’il en est, qu’il n’est pas aisé d’être drôle même si on me pense bon bougre, de toucher encore aux hommes, dans ses comportements avec ses corollaires socio sociétaux. A l’instar de feu Golda Meir beaucoup se pose toujours la question qu’Israël dans le débat contradictoire, entre l’inné et l’acquis ? Si ça tourne autour de l’hiatus, le style d’ampoule recta éclatera, dans l’esprit de beaucoup, mais je vous con-jure, rassurez vous il y aura du grec et de la religion et l’incontournable « connais-toi toi-même » des amours socratiques ne sera pas oublié, même si on découvre que parfois l’homme en Ruth laisse Booz tranquille. Pas plus ne sera oubliée l’évocation non réservée à l’extrême droite des Paix des Races un combat commun où se cherche l’éradication et l’amalgame…